logo_petit
logo_gazette
  • Système solaire
  • Ciel du mois
  • Objet du mois
  • Image du mois
  • Rubrique du mois

Janvier 2017

  • soleilSoleil

  • luneLune

  • terrePlanètes

Il est de plus en plus haut à midi chaque jour même si la durée de la journée reste encore relativement courte. Notre étoile se lève  à  8h38 le 1er janvier et à  8h15 le 31 janvier ; elle se couche  respectivement à 16h57 et 17h39.
Le soleil semble se déplacer (en raison du mouvement de la Terre) devant la constellation du Sagittaire qu'il quitte le 19 janvier pour entrer dans le Capricorne.
L’excentricité de l’orbite de la Terre fait que sa distance au Soleil passe de 147,1 millions de kilomètres le 1er janvier 2017 à 147,37 millions de kilomètres le 31 janvier. La Terre sera au plus près du Soleil pour l’année 2017 (périhélie) le 4 janvier.

.

.

Notre satellite passera en Premier Quartier le 5, en Pleine Lune le 12 et en Dernier Quartier le 19 et en Nouvelle Lune le 28.  L’excentricité de l’orbite lunaire fait que la Lune sera au plus près de la Terre (périgée) le 10 à 07h00. Elle sera au plus loin (apogée) le 22 à 1h13.
En janvier 2017 la lumière cendrée de la Lune sera observable le matin à l’aube aux alentours du 25 et le soir dans le crépuscule aux alentours  du 1er et du 31.

En raison de son déplacement très rapide (un tour en 27,32 jours)  la Lune peut être amenée à passer dans la même direction que les planètes (elle semble alors les croiser) ce qui facilite leur repérage. Pour le mois de janvier 2017 ce sera le cas pour Vénus le 2 et le 31, Mars le 3 et Jupiter le 19 et Saturne le 24.

IMPORTANT :Les positions des planètes devant les constellations du zodiaque sont basées sur les délimitations officielles des constellations adoptées par l’Union Astronomique Internationale. Il ne s’agit aucunement des fantasques « signes » zodiacaux des astrologues.

Visibles :  MERCURE, VENUS, MARS et JUPITER.

Vénus est resplendissante en soirée alors que Mars faiblit de plus en plus. Jupiter se lève de plus en plus tôt .

MERCURE :  A rechercher avec des jumelles dans les leurs de l’aube, très basse vers le sud-est aux alentours du 19 janvier date à laquelle la planète atteint sa plus grande élongation (24°08’ Ouest). Se lève à 6h59 le 19 soit 1h30 avant le Soleil.

 VENUS : l’Etoile du Berger est superbe et haute le soir vers le sud-ouest juste après le coucher du Soleil. Son écart par rapport au Soleil augmente ce qui permet à la planète de se coucher plus tard. Elle atteint sa plus grande élongation le 12 janvier (47°09’ Est). Elle se couche alors à 21h24 soit 4h14min après le Soleil. Son éclat augmente également progressivement durant ce mois. Devant la constellation du Verseau puis celle des Poissons à partir du 23.

 MARS :  La planète rouge est visible vers le sud-ouest en soirée dans les mêmes conditions que Vénus. Son éclat est cependant nettement moins important ce qui ne facilite pas son repérage. Elle se couche à 22h11 le 15 janvier. Sa distance augmente  (257 millions de kilomètres le 15 janvier). Devant la constellation du Verseau puis celle des Poissons à partir du 19.

 JUPITER :  La planète géante est observable durant la deuxième partie de la nuit. Se lève à 1h12 le 15 janvier. Très brillante, on peut la repérer facilement au petit matin vers le sud juste au-dessus de l’étoile Spica. Sa distance diminue (801 millions de kilomètres le 15 janvier). Devant la constellation de la Vierge.

 SATURNE :  La planète aux anneaux commence à émerger des lueurs solaires au petit matin très basse vers le sud-est mais reste difficile à observer. Se lève à 6h20 le 15 janvier soit 1h15min seulement avant le Soleil. Devant la constellation d’Ophiuchus.

 

 

Janvier 2017

La carte ci-jointe vous donne les positions des astres le 1er janvier à 21 h 00 ou le 15 janvier à 20 h 00 ou le 31 janvier à 19 h 00. La position des planètes correspond au 15 du mois.

Après avoir localisé la Grande Ourse, prolongez cinq fois la distance séparant les deux étoiles a et b pour trouver l'Étoile Polaire et la Petite Ourse. Dans le même alignement, au-delà de l'Étoile Polaire, vous pouvez retrouver le W de Cassiopée.

Vers l'ouest disparaissent de plus en plus tôt les constellations du ciel d'automne comme Pégase et Andromède. Vers le sud-est vous pourrez admirer l'une des plus belles régions du ciel dominée par Orion avec ses deux étoiles Bételgeuse et Rigel et les trois étoiles alignées de la Ceinture d'Orion. En prolongeant cet alignement vers l'est vous trouverez Sirius, l'étoile la plus brillante du ciel dans le Grand Chien. En prolongeant vers l'ouest vous aboutirez à Aldébaran du Taureau accompagné de l'amas des Pléiades (50 étoiles visibles aux jumelles). Citons également Castor et Pollux des Gémeaux, Procyon du Petit Chien et Capella du Cocher. Essayez de remarquer les couleurs de ces étoiles.

.

 

 

 

 

 

 

Jupiter au plus près

juno1Dimanche 11 décembre à 17h04 UTC, la sonde Juno a effectué son troisième passage au-dessus de la couverture nuageuse de Jupiter. Au plus près, Juno est passée à 4 150 km de la géante gazeuse avec une vitesse relative de 129 000 km/h (57,8 km/s). Sept des huit instruments scientifiques ont été mis en service pendant ce survol.

Les responsables de la mission ont décidé de ne pas activer l’instrument JIRAM (Jovian  InfraRed Auroral Mapper) afin de permettre à l’équipe de terminer une mise à jour du logiciel de traitement des données collectées par cet instrument.

Suite aux problèmes subis par la sonde en octobre dernier, les scientifiques évaluent encore les options à envisager afin de tenir compte des modifications de la période orbitale de Juno. Actuellement cette période est de 53,4 jours. Les manœuvres de réduction de période prévues initialement en octobre devaient la ramener à 14 jours. Un incident sérieux au niveau de certaines valves d’admission du carburant du moteur principal avait alors provoqué automatiquement la mise mode « sauvegarde » de la sonde et empêcher cette manœuvre. Il a été décidé d’étudier en détail les performances de ces valves avant d’effectuer une nouvelle tentative.

Malgré la réduction de la fréquence des passages de Juno au plus près de Jupiter, la sonde est en parfait état de fonctionnement et fournit de précieuses données, notamment sur le champ de gravité de Jupiter et des images des gigantesques turbulences atmosphériques de la planète gazeuse.

 

 

 

 

 

jupiter

 

Les planètes en 2017

Comment repérer une planète dans le ciel
A l’œil nu, l’apparence des planètes ressemble beaucoup à celle des étoiles. Ce sont des points plus ou moins brillants qui se confondent avec le fourmillement céleste. Mais une observation attentive permet de constater plusieurs particularités :
 1) Les planètes, pour ce qui est de celles visibles à l’œil nu, sont parmi les astres les plus brillants du ciel
 2) Leur éclat varie lentement en fonction de leur distance à la Terre
 3) Les planètes ne scintillent pas
 4) Avec un petit télescope une planète présente un diamètre apparent alors que les étoiles n’apparaissent toujours que sous l’aspect d’un point
 5) Les planètes tournent autour du Soleil et par conséquent elles se déplacent devant les constellations du zodiaque qui sont situées dans le plan de l’écliptique (plan du système solaire).

La visibilité d’une planète à un instant donné, hors considérations météorologiques, est conditionnée par sa position relative à celles de la Terre et du Soleil, ce dernier pouvant parfois être un obstacle à leur observation. Mercure et Vénus, qui sont plus proches du Soleil que la Terre, ne sont visibles qu’en soirée ou en fin de nuit mais jamais la nuit entière. Toutes les autres planètes peuvent être observées à différentes heures de la nuit.

Mercure
On ne peut repérer Mercure que le soir dans les lueurs du couchant ou le matin dans la luminosité de l’aube naissante. Les jumelles sont alors des outils indispensables et il faut choisir les périodes où la planète est la plus écartée possible du Soleil (élongations maximales) pour l’observer dans les meilleures conditions. La période de visibilité de la planète s’étale sur cinq à sept jours autour de chaque date d’élongation maximale.

Plus grandes élongations du soir : 1er avril 2017 (18°60‘ E), 30 juillet 2017 (27°12’ E), 24 novembre 2017 (21°60’ E).
Plus grandes élongations du matin : 9 janvier 2017 (24°8’ W), 18 mai 2017 (25°47’ W), 12 septembre 2017 (17°56’ W).

Mercure passe en conjonction supérieure (à l’opposé de la Terre par rapport au Soleil) le 7 mars, le 21 juin et le 8 octobre, et en conjonction inférieure (entre la Terre et le Soleil) le 20 avril, le 26 août et le 13 décembre.

vénusVénus
En début d’année l’étoile du Berger est visible en soirée, très brillante vers le sud-ouest. Elle atteint sa plus grande élongation par rapport au Soleil le 12 janvier (47°09’ E). Elle se couche alors près de 4 heures après le Soleil. Son éclat augmente jusqu’au 18 février avec

une magnitude exceptionnelle de - 4,77. A ce moment on pourra aisément observer Vénus en plein jour à l’œil nu. Son élongation par rapport au Soleil diminue ensuite très rapidement et elle se couche de plus en plus tôt jusqu’à la conjonction inférieure du 25 mars. Elle se trouve alors entre la Terre et le Soleil et est difficile à observer pendant plusieurs jours. On la retrouve très vite cependant au petit matin vers l’est en s’écartant progressivement du Soleil durant le printemps. Elle repasse par un maximum d’éclat le 30 avril (mag - 4,65) et elle atteint sa plus grande élongation du matin le 3 juin (45°52’ W). Elle demeure visible au petit matin jusqu’à la fin de l’année en se levant de plus en plus tard. Elle se noie dans lueurs de l’aube à partir du mois de décembre pour passer en conjonction supérieure (derrière le Soleil) le 9 janvier 2018.

 

Mars
Mauvaise année pour l’observation de la planète rouge qui passera en conjonction avec le Soleil le 27 juillet. On peut encore l’observer en soirée durant le premier semestre mais très basse au-dessus de l’horizon sud-ouest et avec un éclat de plus en plus faible. Sa distance à la Terre augmentant progressivement, il est inutile d’espérer faire des observations télescopiques de qualité. Elle se noie dans les lueurs du crépuscule à partir du début du mois de juin pour ne réapparaitre progressivement au petit matin qu’en octobre/novembre. Elle sera ensuite visible de plus en plus tôt mais toujours en deuxième partie de nuit jusqu’à la fin de l’année et en attendant la prochaine opposition martienne qui aura lieu le 27 juillet 2018.

JupiterJupiter
La planète géante passe en opposition le 7 avril, c’est donc durant le premier semestre de l’année qu’elle est la plus agréable à observer. Jupiter reste visible en soirée jusqu’au mois de septembre en se couchant de plus en plus tôt.  Elle est en conjonction avec le Soleil le 26 octobre et il faut attendre le mois de décembre pour la voir réapparaître dans les lueurs de l’aube, très basse vers l’est. Elle présente un mouvement apparent rétrograde du 6 février au 10 juin.

 

 

 

 

 

 

 

Saturne
Visible durant la deuxième partie de la nuit en début d’année en se levant de plus en plus tôt, Saturne est en opposition le 15 juin. Elle est observable toute la nuit en juin. Saturne reste observable en soirée pendant l’été et le début de l’automne en se couchant de plus en plus tôt jusqu’à s’effacer dans les lueurs crépusculaires au début du mois de novembre.

La conjonction avec le Soleil se produit le 21 décembre. On ne la retrouvera le matin, dans les lueurs de l’aube, qu’à partir du mois de février 2018. Saturne présente un mouvement rétrograde entre le 6 avril et le 25 août. Les anneaux de Saturne atteignent leur maximum d’ouverture en juin 2017. Cette configuration ne se produit que tous les 15 ans environ. Il faut donc profiter de ce magnifique spectacle observable avec le moindre instrument grossissant 50x. Malheureusement, sa faible déclinaison fait que Saturne reste très basse au-dessus de l’horizon sous les latitudes européennes.

Uranus
Invisible à l’œil nu. En conjonction avec le Soleil le 14 avril et en opposition le 19 octobre.

Neptune
Invisible à l’œil nu. En conjonction avec le Soleil le 2 mars et en opposition le 5 septembre.

Les conjonctions planétaires en 2017
Les planètes se déplaçant le long de l’écliptique avec des périodes de révolution différentes, elles peuvent occasionnellement se croiser (conjonction) ce qui peut parfois être très intéressant à observer et pourquoi pas à photographier. Seules sont mentionnées les conjonctions concernant les planètes visibles à l’œil nu se produisant à plus de 10° du Soleil et dont la séparation angulaire est inférieure à 1° :
Vénus-Mars le 5 octobre – A l’aube vers le sud-est
Facile à repérer en raison de l’éclat de Vénus. Les deux planètes sont à 23° du Soleil et se lèvent à 5h46. Mars est juste en dessous de Vénus avec une séparation angulaire de moins de 20 minutes d’arc.
Vénus-Jupiter le 13 novembre – A l’aube vers le sud-est
Les conjonctions entre les deux planètes les plus brillantes sont toujours spectaculaires.  La séparation minimale sera de 17 minutes d’arc à 7h09. Malheureusement les deux astres se lèvent à 6h38 seulement et seront très bas au-dessus de l’horizon mais leurs éclats permettront de les repérer facilement.

Les conjonctions Lune-planètes en 2017
En raison de son déplacement très rapide (un tour en 27,32 jours)  la Lune peut être amenée à passer dans la même direction que les planètes (elle semble alors les croiser) ce qui facilite leur repérage. Voici le tableau des dates de ces conjonctions pour l’année 2017 :

tableau
Retour au Menu Principal